L’édition 2018 du baromètre BOM (Besoins en Main-d’Oeuvre) publiée par Pôle Emploi et le Crédoc a été livré en avril. Elle confirme la tendance observée depuis 2016 de l’augmentation des recrutements et des intentions d’embauches dans les entreprises françaises.

En 2018, 25,9% des entreprises projettent de recruter. C’est 3,5 points de plus que l’année passée. Une hausse plus significative qu’entre 2016 et 2017 (+1,9). Au total, ce sont 2 345 877 projets d’embauche qui ont été enregistrés par Pôle Emploi, en hausse de 18,7%. Le nombre de recrutements prévus est en hausse depuis 2013 mais l’accélération se fait clairement ressentir en 2018.

Toutes les entreprises concernées

Tous les secteurs d’activités prévoient une hausse des recrutements en 2018. Ce sont les services qui prévoient vont embaucher le plus : près de 1,5 millions de postes seront à pourvoir dans l’année, soit une hausse de 16,32% par rapport à l’année dernière. Le commerce vise également une augmentation de 22%. La construction prévoit également 37% de projets de recrutements en plus par rapport à 2017, 34% pour l’industrie manufacturière. C’est l’industrie agro-alimentaire et l’agriculture qui restent à la traine de cette dynamique avec seulement 13,4% de recrutements en plus.

Cette tendance se sent dans toutes les entreprises, quelque soit leur taille. Les TPE représentent 44% des embauches potentielles avec plus d’un million d’intentions de recrutements.

Les recrutements de plus en plus difficiles

Si les entreprises embauchent, et de plus en plus, la main d’oeuvre qualifiée disponible diminue, et le sourcing des candidats devient de plus en plus difficile. Aujourd’hui, les entreprises jugent 44,4% des recrutements difficiles. Ces difficultés ne concernaient que 32,4% des projets en 2016.

Tous les secteurs sont, là aussi, concernés par les difficultés et l’augmentation des recrutements difficiles. 55,6% des projets des entreprises de 5 à 9 salariés posent problème (+11 points par rapport à 2017). Ce sont les entreprises de plus de 200 salariés qui sentent le moins de difficultés. Moins d’un tiers de leurs recrutement sont concernés (+4,3 points).

La pénurie de candidats se fait sentir

83% des entreprises qui sentent des difficultés pour leurs projets de recrutement considèrent la pénurie de candidats comme la principale raison. Ce motif passe devant l’inadéquation entre les profils et les postes, tant en terme d’expérience, de diplôme ou de motivation, citée par 77,6% des entreprises, contre 81,3% en 2016. La question du déficit d’image de l’entreprise, du secteur ou du métier proposé concerne près d’une entreprise sur 5.

laissez un commentaire